République !
Dimanche 21 Janvier 2018

 Lettre n°14: Notes de lecture


   Aux armes, historiens



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Jeudi 03 Janvier 2008

  Peut-on utiliser les fondements de 1789, ses figures, et la particularité de son processus, pour rebâtir la démocratie d’aujourd’hui ? L’historien Eric J. Hobsbawn retrace l’historiographie propre à ce thème, et tend la perche aux républicains pour penser l’avenir par le prisme des événements ayant mis fin à l’Ancien Régime. S’il reconnaît, avec un texte de Gramsci par exemple, que nombre de révolutionnaires russes d’octobre 1917 s’estimaient rien moins que « jacobins », il confronte aussi analyse marxiste et analyse libérale de l’histoire révolutionnaire française et critique sévèrement la démarche de François Furet. Car si pour ce dernier « la révolution est terminée », la pertinence de la Révolution française est incontestable à l’étranger. Des centaines d’universitaires russes, américains, allemands ou anglais y trouvent en effet un héritage intellectuel et politique incommensurable. Dès lors, selon l’auteur, la Révolution française n’est pas qu’un épisode : elle demeure un formidable écho de la raison, de la souveraineté du peuple, des Lumières : du « réveil de l’esprit humain ».


- Aux armes, historiens. Deux siècles d’histoire de la Révolution française,de Eric J. Hobsbawn, Paris, éditions La Découverte,156 pages, 14,50 euros.


JM


  Autres articles


  Lettre n°22: Note de lecture
      Sang mêlé (roman)

    La fripouille littéraire ne saisira-t-elle jamais le génie africain d’Albert Russo ?
Par sa langue involontairement simple comme celle d’un cador des Lilas, et le glamour en poésie, Russo débouche les artères du vieux monde. Sans répit, il égrène le sérieux de son œuvre construite pierre après pierre....[Lire la suite]



  Lettre n°69: Chronique de l'antirépublique
      Outrage à magistrat

    par Etienne Tarride


Il paraît qu’un Juge, en procédant à la mise en examen de Nicolas Sarkozy du fait d’abus de faiblesse a déshonoré la Justice et sali la France.

Ces propos valent à leur auteur monsieur Henri Guaino, un homme qui a occupé de très importantes fonctions à l’Elysée...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !