République !
Dimanche 21 Octobre 2018

 Lettre n°17: Brèves


   Devoir de mémoire



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 31 Mars 2008

 Une faute contre l'esprit. C'est en ces termes que le philosophe Henri Pena-Ruiz qualifiait le 20 février dernier, dans Le Monde, l'annonce du président de la République de faire assumer par les enfants des écoles élémentaires la mémoire des enfants juifs victimes de la Shoah. Pour le philosophe, il faut en effet distinguer devoir d'histoire et devoir de mémoire. Si le premier rend ensuite possible le second, qu’il en est une condition, c'est parce qu'il instruit, parce qu'il amène à comprendre, à saisir le sens et les causes d'un événement aussi terrible que celui-ci. Mais renverser cet ordre, faire passer le devoir de mémoire avant l'instruction, revient à atrophier la raison de ses moyens d'analyse, de recherche distanciée, de développement de la conscience, de travail patient pour une citoyenneté et une humanité éclairées. Plus encore, c'est même menacer la condition du devoir de mémoire que de l’imposer au gré d’une mobilisation compassionnelle immédiate.
Ainsi, que des enfants de 10ans prennent sur eux, abruptement, la mort d'enfants juifs durant le génocide nazi, relève d'une faute contre l'esprit. A ce titre, n’est-ce pas aussi introduire de la confusion dans la fonction des enseignants et ouvrir la porte à la fièvre communautariste ? Pour le philosophe, c’est en tout cas méconnaître le fragile développement de l’esprit d’un enfant dont la raison bien instruite incline toujours le sentiment selon l’ordre de la vérité, donc finalement de la mémoire.


J.M.


  Autres articles


  Lettre n°22: Brèves
      Amnistie fiscale et emprunt

    Pour procurer de l’argent frais aux banques en déroute M. ACOYER a eu deux idées proprement géniales !
La première, qui n’a rien de nouveau, est l’amnistie fiscale. C’est désormais un marronnier qui revient quand les politiques ne savent plus quoi inventer, comme si les détenteurs de capitaux...[Lire la suite]



  Lettre n°55: Editorial
      L'arbre qui cache la forêt

    En application de la stratégie de diversion, l’habitude est prise depuis longtemps d’occuper l’actualité avec des informations d’importance secondaire dans le but de distraire les citoyens des sujets importants qui les concernent. Ainsi, à la télévision, le moindre fait divers banalement quotidien (agression, accident…) ou répétitif comme les saisons (la...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !