République !
Mercredi 14 Novembre 2018

 Lettre n°2: Editorial


   Octobre noir



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Jeudi 26 Octobre 2006

 « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale », proclame l’article premier de la Constitution. Des principes certes malheureusement de plus en plus battus en brèche dans la pratique, mais qui ont le mérite d’exposer clairement – à condition il est vrai que les mots ne soient pas détournés de leur définition – vers quoi devrait tendre l’idéal républicain.

Or, au moment où certains républicains semblent attirés par le «centrisme révolutionnaire» (dixit Jean-François Kahn) de François Bayrou, il n’est pas inintéressant de lire le projet de Constitution présenté le 4 octobre 2006 par l’UDF. Extraits, qui se passent – presque – de commentaire (soulignons seulement l’embarras visible à y placer le principe républicain d’indivisibilité) :

Article premier : « La France est une République indivisible. Elle participe à la construction de l’Europe et contribue aux efforts des Nations unies en faveur de la paix et du développement. La République est décentralisée, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction. Elle respecte toutes les croyances (NDLR : et l’incroyance ?). Elle assure le respect de la vie privée et la dignité de la personne. Elle garantit l’exercice des libertés locales et contribue à l’équité et à l’équilibre financier entre les territoires. Elle garantit l’exercice de la démocratie sociale ». Article 2 : « La langue de la République est le français, dans le respect des langues régionales qui font partie de son patrimoine ».

Pendant ce temps, Nicolas Sarkozy poursuit sa « rupture ». Après la laïcité et le modèle issu du Conseil national de la Résistance, c’est avec la politique étrangère gaulliste vis-àvis des États-Unis, plus ou moins poursuivie par Pompidou, Giscard, Mitterrand et Chirac, que veut rompre le président de l’UMP. Curieuse image du ministre de l’Intérieur venu se faire adouber par George W. Bush et remettre en cause, en terre américaine, la position de la France lors de la crise irakienne de 2003. Et, pour ceux qui n’auraient pas encore compris, il a accordé dans la foulée un entretien à une revue relativement récente et confidentielle, Le Meilleur des Mondes. Qui présente la caractéristique de regrouper les «néo-cons» à la française (Pascal Bruckner, Stéphane Courtois, André Glucksmann, Romain Goupil, Gérard Grunberg, Michel Taubmann, …). Même si ce ne sont pas les nôtres, en voilà un au moins qui semble assumer ses choix.

Enfin, Ségolène Royal nous a infligé récemment un pensum sur la construction européenne. Elle nous invite à faire « l’Europe par la preuve ». Ca ne veut rien dire sauf qu’on peut interpréter qu’elle nous demande d’attendre et d’espérer.

Finalement, les candidats des principaux partis ont une caractéristique commune. Ils se moquent de l’avis des citoyens et les prennent pour des imbéciles. L’élection présidentielle s’annonce bien.





  Autres articles


  Commentaire de livre
      Karl Marx, Friedrich Engels, La Pologne

    Les discours commémoratifs de Karl Marx et Friedrich reproduits ci-dessous sont extraits d'un recueil de leurs textes intitulé : « Le parti de classe » publié en 1973 par Maspero avec une introduction et des notes de Roger Dangeville.


Ils prennent place significativement dans un chapitre qui se rapporte à la...[Lire la suite]



  Lettre n°31: L'événement
      La révolte des salariés

    par Jérémy Mercier



Caterpillar, New Fabris, Unilever Amora, Nortel France, Ford, Schweitzer-Mauduit, Continental, Michelin, Goodyear, Molex, Chaffoteaux-et-Maury… Rarement, l’insolence des industriels et du patronat ne s’était si clairement mise en évidence. La soumission à l’argent et à la concurrence prime sur le sort et la vie de...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !