République !
Mardi 22 Janvier 2019

 Lettre n°23: Note de lecture


   L'idée de République



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mardi 25 Novembre 2008

 Quels sont les fondements de l’idée de République ? D’une part, la philosophe Juliette Grange revient précisément sur les tensions inhérentes à un tel projet, en abordant notamment les débats sur la représentation politique et le lieu de la souveraineté. En effet, en République, qui est censé détenir le pouvoir ? S’agit-il du peuple dans son ensemble, du simple citoyen ou bien du Parlement ? Répondre à de telles questions c’est réfléchir au lien unissant la société à son gouvernement. Or, par l’utilisation bienvenue de références historiques, depuis la Révolution française, ce petit livre permet de recomposer cette grande idée par ses débats et son unité de fond, sa direction première : l’Etat comme instrument d’une volonté populaire. D’autre part, on remarquera plaisamment que l’auteur, en réfléchissant aux idées antirépublicaines, plaide pour une critique du libéralisme et rappelle à l’inverse la force du courant républicain français attaché au socialisme, avec Jaurès notamment. Elle défend en cela une vision rigoureuse du service public, qu’elle souhaite étendu à l’environnement, ce qui est salutaire. Par ailleurs, Juliette Grange n’oublie pas de mettre l’accent sur un paradoxe instructif au cœur même de l’idée dont elle rend compte : la République, en tant qu’institution politique, est née d’une Révolution, c’est-à-dire d’un changement d’institution, résultant donc de la destitution d’une ancienne politique. En ce sens, l’idée de République revient d’abord à se départir de l’idée d’un monde dans lequel le citoyen serait vaincu d’avance.

J.M.

- Juliette GRANGE, L'idée de République,Pocket, 2008, 256 pages, 7,20 euros.





  Autres articles


  Lettre n°47: Brèves
      Comment soumettre les magistrats ? Réformer la justice à l’italienne

    Le Conseil des ministres italien a adopté, ce jeudi 10 mars 2011, le projet de réforme constitutionnelle de la justice que souhaitait Silvio Berlusconi. Critiquant depuis toujours l’indépendance des magistrats et la séparation des pouvoirs, c’est en pleine tempête judiciaire que le Premier Ministre italien a réussi à faire passer...[Lire la suite]


  Lettre n°62: Chronique de l'antirépublique
      MES et TSCG : des traités contre tous les élus

    par Christian Berthier



Nous avons depuis deux ans souligné et salué les refus des congrès des maires et conseillers généraux, massivement exprimés par leurs congres nationaux, de se voir appliquées des « lois territoires » qui en réduisaient les ressources propres, leur transférait des fonctions et personnels de l’état...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2019 - Le Groupe République !