République !
Jeudi 19 Juillet 2018

 Lettre n°24: Brèves


   Pas vu, pas pris



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Jeudi 18 Décembre 2008

 Les langues régionales font partie de notre patrimoine. La cause est entendue et actée par tout un arsenal juridique depuis des années.

Mais des pressions s’exercent de façon permanente, au prétexte de la préservation de ce patrimoine, pour attaquer la République, censée réprimer la diversité au nom de l’égalité des citoyens. Des forces, en particulier au sein du Conseil de l’Europe, interviennent pour obliger, au nom de la défense des minorités, à émietter le corps politique et social, à remettre en cause l’universalisme de la citoyenneté en France.

Cette cause a trouvé, depuis des années, des oreilles attentives dans des organisations pourtant présentées comme républicaines et laïques, mais affaiblissent les principes dans les faits en leur accolant volontairement des adjectifs qui les dénaturent (laïcité plurielle, République apaisée, coexistence des communautés, …) Ainsi en est-il, pour l’essentiel, de la Ligue de l’enseignement.

Celle-ci a organisé le vendredi 28 novembre, au sein du salon de l’éducation, un débat entre Jérémy Mercier et Henri Giordan. Ce dernier, en relation courante avec la Ligue, se pose volontiers, comme tant d’autres sur le même terrain, en martyr de la cause des minorités. Mais il se situe évidemment aussi en républicain, définissant sa propre République et réalisant ainsi une synthèse habile qui fait passer ses opposants pour des affreux. Mais, ce jour là, se trouvant en faiblesse, il a dépassé les limites habituelles et découvert sa pensée profonde, déclarant : «La République, c'est un projet autoritaire, réactionnaire et colonisateur… Face à cette grossièreté et ce ridicule de l'école républicaine, vous n'avez pas avancé…. La République, c'est le mépris face aux diversités, aux traditions. Aujourd'hui, heureusement que l'Europe est là».

Du coup, les responsables de la Ligue, sans doute ennuyés par cette soudaine franchise, ont décidé, malgré les protestations de Jérémy Mercier, que le débat, dont il avait été convenu à l’origine qu’il serait diffusé sur le site Internet de leur organisation, ne le serait pas.
Liberté, que de crimes on commet en ton nom !


J.M.


  Autres articles


  Lettre n°26: L'événement
      Il en manque un !

    par Gilbert Legay

1000 chantiers

Le gouvernement, en annonçant qu’il disposait de mille idées de chantiers pour vaincre les effets de la récession, a sans doute pensé que, tel le génie d’Aladin, il allait impressionner la foule béate des citoyens, soudain frappée de stupeur devant une telle créativité.

Mais il n’est...[Lire la suite]



  Lettre n°58: Éditorial
      Attention danger : les présidentielles !

    Un quinquennat prend fin. Non pas qu’il ne faille pas s’en réjouir. Au contraire, les citoyens s’essoufflent en sentant bien que celui dont il était important pour les institutions démocratiques « qu’il parte » - et qui a perdu toutes les élections entre temps - a démembré le corps social...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !