République !
Vendredi 22 Juin 2018

 Lettre n°28: Note de lecture


   La dette publique, une affaire rentable : A qui profite le système ?



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Vendredi 17 Avril 2009

 Pas à vous bien sûr ! Vous vous sentez même un peu coupable des 1200 et quelques milliards que les Français doivent, tous ensemble, pour avoir pendant des années vécu au-dessus de leurs moyens ( c’est ce qu’on leur dit ).!
Rassurez-vous, la réalité est tout autre. Il fut un temps où le rôle de la Banque de France était de financer le Trésor Public, c'est-à-dire de créer la monnaie nécessaire au développement du pays (écoles, routes, hôpitaux, ponts, ports, etc…). Mais depuis 1973, la Banque de France a abandonné son rôle de service public et l’Etat a ainsi transféré son droit régalien de création monétaire sur le système bancaire privé…qui prête, mais avec intérêt ! Ainsi entre le début des années 1980 et la fin 2006, nous avons payé 1142 milliards d’euros d’intérêts, soit plus que le montant de la dette que l’Etat a contracté dans la même période, soit 913 milliards.
En d’autres termes, si nous n’avions pas eu à payer ces 1142 milliards d’intérêts, nous n’aurions pas eu à emprunter 913 milliards d’euros, et nous aurions pu également rembourser les 229 milliards d’euros de dette publique de 1980. La dette n’existe que parce que nous empruntons à des investisseurs institutionnels ( assurances, banques, etc…) qui s’engraissent sur notre dos !

Pour en savoir plus lisez


 - André-Jacques Holbecq & Philippe Derudder : La dette publique, une affaire rentable : A qui profite le système ?, Yves Michel, 2009, 157 pages, 12 euros.




G.L.


  Autres articles


  Lettre n°8: Le mot dans l'air du temps
      Légitimité

    par Anne-Cécile Robert


Tout porte à croire que l'élection présidentielle portera à la tête de l'État un personnage qui s'oppose au peuple, notamment sur la question européenne. De quelle autorité pourrait-il se prévaloir ?


Il est peu de dire que la période actuelle révèle une crise de la légitimité démocratique. Le second...[Lire la suite]



  Lettre n°17: Editorial
      Le peuple mené en bateau

    Après le tsunami bleu d’il y a un an, on vient d’observer les vagues roses. Mais cet air marin fera-t-il oublier que l’actuelle opposition illusoire de l’UMP et du PS mène, pour le coup, le peuple en bateau dans une cohorte de crises politiques et économiques ? Quand ces mastodontes...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !