République !
Samedi 29 Août 2015

 Lettre n°31: Brèves


   Parole de sondeurs



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Jeudi 17 Septembre 2009

 Le sondologue Stéphane Rozès a donné une étrange interprétation du 29 mai 2005 à l’émission C’dans l’air sur France 5 le mardi 28 juillet, émission tenue à l’occasion du regrettable accident cardiaque du chef de l’Etat. Très représentatif de la pensée dominante et des babillages de la classe politico médiatique, Rozès a estimé, sous le regard complice de Christian Barbier, directeur de l’Express et ami personnel de Carla Bruni-Sarkozy, que les Français avaient voulu, le 29 mai, ramener le « pouvoir à l’Elysée » et que c’est pour cette raison qu’ils avaient élu Nicolas Sarkozy. En somme, selon lui, l’élection de Sarkozy aurait été portée par la volonté de réaffirmer la souveraineté nationale et populaire. Quand on regarde la suite et le coup d’Etat que représente le traité de Lisbonne, on s’interroge sur la clairvoyance de ce merveilleux entrepreneur de sondages ! Mais est-ce bien nouveau ? On pourrait, en revanche, se demander si l’élection de Sarkozy n’a pas dégoûté les français de l’élection du Président au suffrage universel ? Mais la question n’est pas (encore) à l’ordre du jour.



P.S. Fort pertinemment, un téléspectateur a demandé par SMS au cours de cette émission si l’accident cardiaque du chef de l’Etat ne confirmait pas que travailler plus pour gagner plus était un idée fausse, en particulier le dimanche…


A-C.R.


  Autres articles


  Justice
      Pour qui est la justice ?

    Quelques déclarations de l’oligarchie qui gouverne ont clarifié (si l’on peut dire) sa conception de la justice.

C’est Rachida Dati qui a déclaré « L’indépendance de la justice ne doit pas être un dogme ». On connaît la subtilité un peu rustique de la future ex ministre, mais...[Lire la suite]



  Lettre n°38: Editorial
      Notre époque est-elle formidable ? (*)

    Le printemps est arrivé, mais les perspectives sociales et économiques restent désespérément embrumées.

Le pouvoir se réjouit des « réformes » et des « modernisations » entreprises, sans qu’aucune ne soit conclue de façon satisfaisante, renonçant même à appliquer des lois votées ; c’est ainsi que la taxe...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2015 - Le Groupe République !