République !
Jeudi 13 Décembre 2018

 Lettre n°31: Brèves


   Versailles



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Jeudi 17 Septembre 2009

 La majorité actuelle tend à expliquer, en particulier par la voix de Bernard Accoyer, Président de l'assemblée nationale, que ce sont les monarchistes qui ont empêché jusqu'alors les Présidents de la République d'être présents devant le Parlement.
En fait, le 13 mars 1873, afin d’empêcher les pressions et le chantage permanent que Thiers exerçait sur les députés, Albert de Broglie fit adopter une loi qui interdisait la présence physique du président de la République dans l’hémicycle et qui ne lui permettait de s’adresser aux parlementaires qu’au seul moyen de messages écrits ne donnant lieu à aucune discussion. Mais si, en apparence, c'est bien la droite monarchiste qui limita le pouvoir du Président de s'exprimer devant l'Assemblée, Thiers n'a pas cessé de proclamer son attachement à la monarchie ; son ralliement à la République n’était qu’opportuniste et vraisemblablement à titre temporaire. Les républicains, quant à eux, n'ont jamais cessé de prôner l'effacement du chef de l'Etat au profit des assemblées représentatives. Finalement, des circonstances politiques complexes ont conduit autrefois des monarchistes à interdire l'hémicycle d'accès à un autre monarchiste et c'est devenu la tradition républicaine... mais parce que cette décision de la droite la plus réactionnaire était conforme à l'idéal républicain... Ce doit être ce qu'on appelle l'ironie de l'histoire.
Pour ce qui concerne Sarkozy, sa référence institutionnelle est la pratique étasunienne. Et nous, de nous interroger si la prochaine étape ne sera pas, au début du prochain quinquennat, la prestation de serment sur la Bible... puisque nous devons absolument être "modernes".
Et que dire, dans ce contexte, des socialistes qui s'épouvantent de l'hyper présidentialisation du régime alors qu’ils y ont fortement contribué d’abord sous Mitterrand, puis en votant avec précipitation en faveur du quinquennat et l'inversion du calendrier électoral (merci, une fois encore, M. Jospin) ?


J.M.


  Autres articles


  Lettre n°10: L'événement
      Europe Minitraité, mais il fait le maximum

    par Jean-Pierre Alliot


Victoire de la France ! Tartuffe a gagné à Bruxelles : cachez ce que les peuples ne sauraient voir ! L’accord des Vingt-Sept s’est fait sur un texte que reprend la substance du projet rejeté par la France et les Pays-Bas, mais sans employer les mots qui fâchent....[Lire la suite]



  Lettre n°42: Un mot dans l'air du temps
      "Gauche"

    par Anne-Cécile Robert


«Gauche avenir », « gauche moderne », « parti de gauche », « gauche unitaire », etc. Le mot « gauche » structure toujours la vie politique en France (et ailleurs). Les commentateurs évoquent même une « réactivation » du clivage droite-gauche après deux décennies (1980 et 1990)...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !