République !
Jeudi 21 Mars 2019

 Lettre n°39: Note de lecture


   Mourir pour des idées. La vie posthume d’Alphonse Baudin



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mardi 18 Mai 2010

 Qui se souvient aujourd’hui d’Alphonse Baudin ? Ce représentant du peuple est né en 1811, et sa vie est une lutte constante pour le bien commun et la République. Ce sont particulièrement les circonstances de sa mort qui sont devenues un symbole pour tous les républicains. Face aux soldats partisans du coup d’Etat de Louis Napoléon Bonaparte du 2 décembre 1851, et à un passant qui ne voyait pas l’utilité de se battre pour le salaire des députés, Baudin est monté sur une barricade, le 3 décembre, en lançant la fameuse phrase : « Vous allez voir comment on meurt pour 25 francs par jour ». Une balle le tue, et il tombe avec le texte de la Constitution dans sa main. Devenu un martyr de la liberté parce que, comme l’explique Alain Garrigou, « la mort d’un représentant du peuple sur une barricade n’est pas ordinaire », Baudin a fait l’objet de multiples textes et de vives célébrations. Ses amis Schoelcher ou Hugo lui ont rendu hommage, ainsi que les députés de l’Assemblée constituante qui furent pour la plupart exilés ou déportés. Sa tombe fut aussi un lieu de ralliement des démocrates. Cet ouvrage résonne donc comme un rappel au combat d’un héros civique mort pour des idées et la fraternité des républicains. Ouvrage d’autant plus nécessaire face aux entreprises de réhabilitation de Napoléon III.


J.M.


 - Mourir pour des idées. La vie posthume d’Alphonse Baudin, de Alain Garrigou, 2010, Les Belles Lettres, Paris, 310 pages, 27 euros.







  Autres articles


  Lettre n°11: Brèves
      Quotas

    À la charnière des années 1980-90, le pourcentage de régularisation des sans-papiers se situait autour de 90 % des demandes. Aujourd’hui, il est inférieur à 10 % en vertu de la politique des quotas. Malgré les conséquences parfois dramatiques, la poursuite des sans-papiers est un sport qui se pratique dans...[Lire la suite]


  Lettre n°34: Brèves
      Histoire de rire : l'Italie laïque

    En 2002, en Italie, Mme Soile Lautsi, résidant à Abano Terme, s'était plainte de la présence de plusieurs crucifix dans les salles de classe de l'école publique que fréquentaient ses enfants. Elle avait saisi le tribunal administratif pour que ces objets soient retirés des murs et elle fondait son argumentation...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2019 - Le Groupe République !