République !
Mardi 18 Septembre 2018

 Lettre n°41: Note de lecture


   La réaction thermidorienne



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mardi 14 Septembre 2010

 La réaction thermidorienne fut publiée par Albert Mathiez chez Armand Colin en 1929. Aujourd'hui, Yannick Bosc et Florence Gauthier en proposent une réédition. Ouvrage actuel s'il en est, en ce qu'il retrace les luttes au sein des derniers mois de la Convention après Thermidor et les insurrections des citoyens de l'époque contre un régime réactionnaire qui revenait sur toutes les conquêtes de la période révolutionnaire, avoir avoir abattu Robespierre. L'histoire de la Révolution française de Mathiez est singulière, elle emporte aussi l'enthousiasme. Dans cet ouvrage, c'est bien la période qui tente de lui mettre fin, et de la renverser, qui est décrite. Durant Thermidor, en effet, toutes les institutions révolutionnaires sont en partie détruites. On retrouve Babeuf, Saint-Just et les républicains français de 1789 dans le feu de l'histoire, jusqu'au moment fatal. Terreur rouge, terreur blanche, renversement des pouvoirs. Cet ouvrage est aussi une occasion de mesurer notre propre actualité, dans les conflits qui l'animent.

 - La réaction thermidorienne , de Albert Mathiez, 2010 (réédition avec préface de Yannick Bosc et Florence Gauthier), Editions La Fabrique (à paraître le 23 septembre 2010)




J.M.


  Autres articles


  Lettre n°62: Chronique de l'antirépublique
      MES et TSCG : des traités contre tous les élus

    par Christian Berthier



Nous avons depuis deux ans souligné et salué les refus des congrès des maires et conseillers généraux, massivement exprimés par leurs congres nationaux, de se voir appliquées des « lois territoires » qui en réduisaient les ressources propres, leur transférait des fonctions et personnels de l’état...[Lire la suite]



  Lettre n°12: Brèves
      Discours

    « Le mot, dans les langues négro-africaines, est plus qu’image analogiques sans même le secours de la métaphore ou comparaison. Il suffit de nommer la chose pour qu’apparaissent le sens sous le signe. Car tout est signe et sens en même temps pour les Négro-Africains » – Léopold Sédar Senghor...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !