République !
Dimanche 21 Janvier 2018

 Lettre n°43: Brèves


   Fermeté



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mardi 16 Novembre 2010

 Dès le début de la séquence RETRAITES, le gouvernement, par le truchement des médias, avait proclamé sa résolution de faire preuve de toute la fermeté que nécessitait l’urgence de cette nouvelle réforme. Pas question de surseoir, comme le répétaient les ministres et les élus de la majorité, puisque le but de cette réforme indispensable était « de sauver le système par répartition !», intention hautement contestable à l’examen des solutions proposées. La fermeté annoncée s’apparentait plutôt à l’entêtement stérile de ceux qui n’ont pas les bons arguments. En effet, comment croire le sauvetage possible en reculant l’âge du droit à la retraite, (c'est-à-dire en prolongeant le temps de travail ), alors que le travail est une denrée rare par les temps qui courent, comme le prouve le nombre de chômeurs ( beaucoup licenciés à moins de 60 ans !) et la difficulté pour les jeunes de décrocher leur premier emploi ; raisonnement aussi stupide que celui qui a conduit à favoriser le recours aux heures supplémentaires exonérées de charges, donc de cotisations retraites ! Tirer argument de l’allongement du temps de vie, c’est aussi oublier que la retraite à soixante ans permet au plus grand nombre d’arrêter le travail en bonne santé et de vivre plus longtemps ( malgré les disparités qui subsistent encore dans ce domaine !). Nous aurions pu croire aux bonnes intentions gouvernementales si cette réforme s’était accompagnée de vigoureuses mesures de relance pour développer l’emploi et augmenter ainsi le nombre de cotisants, mais cela veut dire aussi stopper les délocalisations, favoriser les productions nationales sur notre propre marché et arrêter l’alignement par le bas avec des pays qui n’ont pas les mêmes règles que nous sur les différents plans social, fiscal ou environnemental… En bref, une politique libérée des oukases de Bruxelles… C’est dans cette voie qu’il faudrait faire preuve de FERMETE !



G.L.


  Autres articles


  Lettre n°52: Editorial
      Un monde formidable

    Dans un monde qui cherche sa recomposition, les marchés financiers continuent de régner en maître. Quant à l’Union européenne, elle est confrontée à ses contradictions profondes.


De toutes parts s’impose une évidence. Nous sommes dans une fin d’époque, au cœur d’un tournant historique profond. Mais le moins qu’on...[Lire la suite]



  Lettre n°72: Editorial
      Clarifier

    Voilà la rentrée. Pas plus passionnante que les autres, un peu plus inattendue peut-être au vu des commentaires bizarres sur le gouvernement qui « n’a pas pris de vacances ». C’est un signal d’ailleurs étrange quant au droit de tous au repos annuel. On se demande pourquoi et en quoi...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !