République !
Dimanche 21 Septembre 2014

 Lettre n°57: Note de lecture


   Le Consulat Sarkozy



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 26 Mars 2012

 On savait que Nicolas Sarkozy avait particulièrement « abîmé » la fonction de président de la République et surtout renforcé la démocratie dans une crise idéologique et institutionnelle très grave. Mais on découvre, avec le juriste Dominique Rousseau, les raisons pour lesquelles il a également fait exploser la Ve République. En effet, il a voulu diriger la France, placer ses fidèles, imposer l’ouverture et ses conseillers particuliers (Guéant), déterminer à lui seul la politique du gouvernement et la Nation, se passer des contre-pouvoirs ainsi que transformer la fonction de Premier ministre en un rôle fictif. Il a, par ailleurs, perdu toutes les élections intermédiaires de son quinquennat (municipales et cantonales en 2008, régionales en 2010, sénatoriales en 2011) et cassé la plupart des institutions sociales ou du service public. Pour Dominique Rousseau, de telles conséquences ne sont pas sans produire de virulents effets boomerangs. La Vème République est maintenant démolie par l’un de ses défenseurs. Mais il est étrange qu’en voulant détruire le Parlement, des résistances ont fait que ce dernier s’est mis à retrouver progressivement une relative capacité de contrôle, qui lui avait été ôtée depuis 1958 par de Gaulle et Michel Debré. De même, par l’entrée en vigueur de la question prioritaire de constitutionnalité (QPC), c’est la Constitution elle-même qui s’est mise à faire office de « bouclier civique » en redevenant, pour l’auteur, la chose des citoyens. Mais si le Consulat Sarkozy a produit de tels effets surprise, il n’en reste pas moins que la démocratie est toujours à reconstruire. Plusieurs propositions sont faites : nouvelle Constitution, suppression du ministère de la Justice et du Conseil d’Etat, créations d’un procureur général de la République et d’une grande Cour constitutionnelle autant que d’une Assemblée sociale. Mais, se demandera-t-on, n’est-ce pas là le rôle d’une Assemblée Constituante qui apporterait un tel retour à la case peuple et démocratie ?



Dominique Rousseau, Le Consulat Sarkozy, Odile Jacob, 2012, 190 pages, 19,90 euros


J.M.


  Autres articles


  Lettre n°45: Brèves
      Quand le communautarisme oublie Jésus

    La commission européenne a édité, à plus de 3 millions d'exemplaires, un agenda à destination des élèves de l'Union européenne. Il mentionne les fêtes musulmanes, hindoues, sikhs, juives, etc. et pas les fêtes chrétiennes.


Des Italiens et des Polonais se sont immédiatement étonnés. En France, parmi les réactions de...[Lire la suite]



  Lettre n°60: Un mot dans l'air du temps
      Conservatisme

    par Jérémy Mercier


Longtemps, le terme conservatisme fut utilisé par les conservateurs pour justifier la nécessité de s’opposer à tout changement dans la vie matérielle, morale et plus largement dans l’ordre des idées progressistes et des droits sociaux au profit de Bonaparte. Le conservatisme veille, avec un Sénat dominé par...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2014 - Le Groupe République !