République !
Jeudi 13 Décembre 2018

 Lettre n°60: Note de lecture


   i majuscule comme Instituteur



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Mercredi 20 Juin 2012

 Cet essai de Guy Georges, ancien secrétaire général du Syndicat national des instituteurs, n’est pas seulement l’hommage à un syndicat et à des instituteurs s’étant battu contre les dérives conservatrices, libérales et cléricales attaquant l’École publique. Il retrace aussi un projet toujours novateur, celui de l’École fondamentale, pour remédier à une école française en panne, hantée par le spectre de la privatisation et des réformes anti-laïques. Deux projets se font face, toujours à l’heure actuelle : 1) soumettre l’école aux impératifs de l’argent et de l’économie ; 2) en faire un vecteur et un apprentissage de la démocratie et du vivre ensemble, de la citoyenneté. C’est dans cet univers fait de conflits et d’utopies que Guy Georges retrace, en ce livre parfois émouvant, l’histoire d’un engagement humaniste. Le sien propre, pour la justice sociale et le souffle des idées républicaines relatives à l’enseignement public. Le lecteur, surtout s’il est né dans les années 1980, trouvera souvent des passages historiques faisant apprécier, en juste relief, tous les débats relatifs à l’école publique, depuis Jean Zay, la Commission Langevin-Wallon, le CNR et la réforme Billères. Le plus souvent, les idées généreuses du camp social ont fait l’objet de dures confrontations avec les partisans de la loi Debré. Guy Georges revient sur sa motivation, en tant qu’instituteur, pour ennoblir l’école primaire, revaloriser le métier d’instituteur et, à l’inverse de la thèse de droite ou de la thèse communiste privilégiant une société sans école, sur la prévention des handicaps, des échecs scolaires et le rejet des communautarismes. Tout en critiquant, d’un même élan, la conception de « liberté d’enseignement » fondée pour favoriser la création et le financement public des écoles privées confessionnelles, Guy Georges ponctue son ouvrage par des références lapidaires à des oppositions nettes entre conservatisme et démocratie : « Le clerc doit apprendre à la jeunesse la docilité, la soumission à l’autorité imposée du dogme. L’Instituteur lui apprend la responsabilité du jugement, la richesse du libre examen». On revivra dans cet ouvrage la grande histoire d’un combat pour l’École publique, qui reprend à son compte la conception de l’école selon Jaurès : instruire c’est enseigner la démocratie.




Guy Georges, i majuscule comme Instituteur, préf. de Hubert Montagner, éd. Bruno Leprince, 2011, 223 pages, 18€.


J.M.


  Autres articles


  Lettre n°7: Brèves
      Les spécialistes de la crise politique

    Effrayés par l'éventualité de l'élection d'un candidat non prévu par l'industrie médiatico-sondagière, certains politiciens menacent d'une crise politique sans précédent qui surviendrait alors. Le dernier des ces augures a été, le 17 mars, Lionel Jospin, un spécialiste de la chose, bien avant le 21 avril 2001, et qui s'était surpassé...[Lire la suite]


  Lettre n°18: Note de lecture
      Un silence enfin brisé : Louis Blanc réédité

    Blanc, Louis (1811-1882), historien et théoricien du mouvement socialiste au XIXe siècle contribua à la publication de journaux politiques et fonda en 1839 la Revue du progrès, qui servit à diffuser sa doctrine. Inspirée par Saint-Simon et Fourier, sa théorie de l'ordre social eut une profonde influence sur le socialisme....[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !