République !
Jeudi 21 Mars 2019

 Lettre n°69: Brève


   De l'utilité de la langue française



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Vendredi 26 Avril 2013

 L'article "l'illettrisme des cadres" dans Le Monde des 17-18 février met le doigt, encore une fois sur les carences de notre enseignement et sur le matraquage nocif du "tout-anglais"dans notre pays. A force de laisser entrer au collège des élèves qui ne maîtrisent pas l'écriture, à force de dictature des maths, à force de nous laisser gaver d'anglais de cuisine dans notre environnement et en tous lieux ( dans les publicités télévisées, sur les étiquettes, dans les magasins, avec chansons américaines imposées en fond sonore) on en arrive à faire en sorte que la langue française, pourtant héritage commun et pôle d'unité historique de la nation, nous apparaisse presque comme un idiome local à usage oral interne. Les grandes écoles de commerce, qui s'appellent désormais "business schools" (sic) enseignent en anglais à partir de la deuxième année, sans qu'on soit bien sûr que les enseignants et les enseignés maîtrisent vraiment cette langue. Mme Fioraso, après Mmes Pécresse et Kosziusko-Morizet, veut étendre cette pratique à tout l'enseignement supérieur, ce qui est bien sûr abusif et nuisible et envoie un mauvais signal aux pays de la Francophonie. Trop c'est trop." Ce qui se conçoit bien "... se conçoit dans sa langue. Avant de passer à un nécessaire apprentissage des langues étrangères, ce que la "mondialisation" exige en effet, il faut d'abord consolider la connaissance de sa propre langue, sans laxisme. Le français est un trésor en péril.

J.H.


  Autres articles


  Lettre n°34: Brèves
      La bêtise est en hausse

    Interrogé mercredi 9 décembre, à l'Assemblée nationale sur le mélange des genres qui consiste à être à la fois ministre du budget et trésorier de l'UMP, Eric Woerth a trouvé la question stupide.
Devant les protestations des députés, il a reçu le soutien du premier ministre François Fillon qui...[Lire la suite]



  Lettre n°54: Chronique de l'antirépublique
      Contre la finance souveraine, vive le peuple souverain !

    par René Robert




Les développements récents du feuilleton de la dette grecque mettent en lumière quelques éléments connus qu’ils confirment jusqu’à la caricature.


I) Les marchés sont contre le peuple



1) Les marchés financiers dirigent les gouvernements.
...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2019 - Le Groupe République !