République !
Mardi 18 Septembre 2018

 Lettre n°31: Brèves


   Dogme sécuritaire



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Jeudi 17 Septembre 2009

 Quand les élections approchent, le pouvoir sort sa politique sécuritaire !
Les préfets, les directeurs départementaux de la police sont convoqués pour qu’ils appliquent les directives gouvernementales : plus de fermeté, plus de contrôles et des objectifs chiffrés… L’objectif prioritaire, non avoué, est de rassurer la population en lui faisant savoir que toutes les décisions sont prises pour obtenir une chute de la délinquance, alors qu’elle grimpe !... et que les effectifs policiers sont programmés à la baisse !
Il faut, bien sûr, assurer l’ordre public, mais il ne faut pas confondre les causes et les conséquences ; la délinquance, sauf à la marge, n’est pas une cause en soi, elle n’est que la conséquence du désordre social, aggravé par la crise : chômage croissant, jeunesse sans perspective, économie parallèle de la drogue qui prospère (presque) aux yeux de tous.
C’est à ces causes profondes qu’il faut d’attaquer,
car celui qui ne peut vivre honnêtement de son travail,
cherchera à survivre par tous les moyens possibles.

« On ne peut sauver des misères morales ou mentales,
tant que l’on ne sauve pas de la misère économique
»

Cette pensée de Charles Péguy ne signifie pas qu’il faille tout absoudre au prétexte de l’indigence sociale, mais elle nous rappelle que dans nos prisons il y a 15% d’illettrés, 20 % d’étrangers et que 60 % des détenus n’ont aucun projet professionnel.


G.L.


  Autres articles


  Lettre n°47: Brèves
      Le ridicule peut tuer

    Publié en Une du Journal du Dimanche, ce 27 février: "Sarkozy tranche dans l'urgence".
On se demande avec angoisse de quelle urgence il s'agit : révoltes au Magreb et au Moyen Orient, afflux de réfugiés, difficultés électorales,...
Non, il s'agit du sort de Michèle Alliot-Marie dont on nous annonce que...[Lire la suite]



  Lettre n°63: Brève
      Jospin 2, le retour

    La Commission dite Jospin chargée d’une réflexion sur « la moralisation de la vie politique » apparaît comme le contrepoint de la démission collective en donnant l’illusion d’une vitalité des instances politiques.

En effet, quel est le but véritable de cet organisme improbable ? Et tout d’abord, que signifie la «...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !