République !
Dimanche 21 Octobre 2018

 Lettre n°70: Note de lecture


   La guerre culturelle aura bien lieu…



  Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  Imprimer cet article  Version .pdf 

 Lundi 27 Mai 2013

 Le livre de Gaël Brustier est tout aussi intéressant que philosophiquement stimulant. Dans un premier temps, et après un passage sur Gramsci (Gramsci in love), au cours duquel Brustier rappelle le parcours et les idées majeures de ce grand théoricien politique italien, le lecteur est plongé dans une réflexion sur les conséquences culturelles et idéologiques de la crise depuis 2008, en lien direct avec l’hégémonie culturelle de l’Occident et les représentations biaisées qui l’accompagne. Brustier appelle à une description sérieuse de tous les renforcements des stéréotypes de la domination de l’occidentalisme, aboutissant d’ailleurs à des replis identitaires violents, au niveau local, national mais encore international (Occident/Orient) et à une faillite de la gauche. Mais justement, de quelle gauche nous parle-t-il ? D’une gauche qui fera tout pour éviter les dérives de la droitisation ? Hélas, selon Brustier, la gauche a perdu progressivement son lien avec les classes populaires (l’auteur indique différent exemples avec les dérives du Parti Socialiste). C’est un véritable lien culturel qui ne fonctionne plus entre le peuple et la gauche, et aucune critique en profondeur n’est menée contre les dogmes de l’occidentalisme aboutissant à un impéralisme du désespoir sans aucun lien politique, sans aucune culture d’émancipation. La France populaire subit une ségrégation spatiale, et la menace plane d’une tentative du vote en faveur de l’extrême droite. Pour Gaël Brustier, il est donc temps de redonner sens à la pensée critique, de renouer le lien consubstantiel entre la gauche et les classes populaires, par l’intermédiaire d’une désoccidentalisation de la pensée politique. Au fond, plutôt que la création d’un éventuel nouveau parti politique de gauche, quoi de moins occidental et d’européiste, aurions-nous aimé dire à l’auteur, que la participation à la convocation d’une Assemblée constituante en France et dans chaque peuple soumis aux impératifs de la crise économique, pour sortir de l'idéologie de cette dernière ?




Gaël BRUSTIER, La guerre culturelle aura bien lieu…,Mille et une nuits, 2013, 234 pages, 18 euros





J.M.


  Autres articles


  Lettre n°7: Editorial
      Quand la démocratie s’invite sans y être conviée

    Voilà déjà deux fois, le 21 avril 2002 et le 29 mai 2005, que le peuple français a dit son refus d’une démocratie sans choix, qu’il a exprimé sa volonté d’autre chose. Bien sûr, les brillants commentateurs ont, à chaque fois, plus critiqué les électeurs que cherché à éclaircir le...[Lire la suite]


  Lettre n°19: L'événement
      Constitution : la révision permanente

    par Jean-Pierre Alliot


Une tête sur deux jambes

Une fois de plus, le système politique se perfectionne. Une nouvelle réforme est en cours. Qu’elle soit adoptée ou non, l’UMP et le PS s’installent dans un bipartisme de plus en plus formalisé, sur la base d’un accord de fond. L’important se...[Lire la suite]


  • © MWebmaster 2006-2018 - Le Groupe République !